Le Mucem, Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée situé à Marseille, est un bâtiment empreint d’une certaine humilité dont l’architecture se nourrit de références à la mer et plus globalement à la culture méditerranéenne.

Son architecture met en avant la transparence et surtout des sensations : il faut vivre le parcours architectural proposé par l’architecte Rudy Ricciotti, grâce à la rampe d’accès intérieure et à la passerelle extérieure qui surplombe le bâtiment, pour apprécier toute la singularité du Mucem.

Le parcours architectural

La rampe d’accès intérieure

Rampe d'accès intérieure du Mucem

Le parcours architectural se fait grâce à une rampe en pente douce qui s’enroule autour des salles d’expositions et mène du rez-de-chaussée du musée jusqu’à une terrasse panoramique.

Jeu d'ombres sur la rampe d'accès du Mucem

Derrière des façades ajourées comme un voile de dentelle, se crée un jeu d’ombres et de lumières captivant.

Promenade architecturale dans le Mucem

Au fur et à mesure de l’ascension, on prend la mesure de l’imposante structure, constituée de grands poteaux arborescents en béton fibré, qui supporte les planchers des salles d’expositions ainsi que la rampe d’accès et les façades extérieures.

Structure intérieure du Mucem

En arrivant au dernier étage, on découvre les potences auxquelles sont suspendues la rampe d’accès.

Tout au long d’un parcours presque hypnotisant à l’ombre des moucharabiehs, enveloppé par un courant d’air marin, on peut percevoir les « voix de la mer » évoquées par l’architecte Rudy Ricciotti.

Découvrez une autre promenade architecturale dans la villa Savoye de Le Corbusier

La passerelle

Passerelle au dessus des douves du Mucem

Une fine passerelle de plus de 100 mètres de long relie le haut du Mucem au fort Saint-Jean.

Mucem avec sa passerelle à Marseille

Comme un fil tendu relié au parallélépipède noir, cette passerelle extérieure invite le visiteur à terminer, ou commencer, son cheminement par le ciel.

Major dômes sur la passerelle du Mucem

La mentille

Structure resille du Mucem à Marseille

La mentille avec sa fausse apparence de légèreté, puisqu’elle est composée elle aussi de béton, habille le toit et les 2 cotés du Mucem les plus exposés au soleil.

Avec un motif pouvant évoquer du corail ou des reflets étoilés sous l’eau, ce voile devient comme un prolongement naturel, à l’air libre, des fonds sous-marins.
L’architecte à même évoqué dans un entretien son rêve que des « favouilles », le nom donné aux crabes marseillais, puissent gravir à la nuit tombée les flancs du bâtiment, l’inscrivant encore plus dans le monde méditerranéen.

Ombre féminine au Mucem
Quand les ombres portées apportent encore plus de féminité au Mucem.
Saut dans les douves du Mucem

Voir sans être vu c’est retrouver le souvenir enfantin d’un jeu de cache-cache derrière un rideau et pour certaines, la mystérieuse sensation ressentie derrière un voile de dentelle.

Le Mucem face à la méditteranée

De part sa transparence et grâce à ses ancrages marin, terrien et aérien, le Mucem se traverse de toute part avec une certaine émotion et constitue une passerelle pour appréhender la culture méditerranéenne.

L’architecture du Mucem en toute transparence

  • Les deux façades sud et ouest sont parée d’une « dentelle » de béton composée de 384 panneaux en BFUHP, un béton fibré à ultra-haute performance avec une densité proche de l’acier et une porosité extrêmement faible, entre cinq et dix fois moins qu’un béton classique, ce qui lui permet de résister aux embruns marins très corrosifs. Les façades nord et est sont en verre.
  • La structure porteuse du carré intérieur constituant le bloc muséal est supportée de 308 poteaux en béton fibré haute performance ainsi que des raidisseurs en métal. Elle est placée comme un « exosquelette », à l’extérieur des planchers qu’elle supporte. Les rampes d’accès circulant dans le vide périphérique sont suspendues à des potences par des câbles d’acier.
  • La structure extérieure en résille de béton fibré à été entièrement préfabriquée dans la région de Marseille.
  • La passerelle d’accès extérieure est réalisée grâce à la technologie de la post contrainte. Des voussoirs préfabriqués ont étés assemblés sur le chantier et des câbles ont été mis en tension à l’intérieur.
  • Des douves ont été créées et remplies d’eau de mer pompée à 10 mètres de profondeur. L’eau est utilisée dans des échangeurs thermiques qui servent à préchauffer le bâtiment l’hiver et à le refroidir l’été.

Merci de respecter le droit d’auteur et de ne pas utiliser du contenu de cet article sans en faire la demande auparavant.

Si vous constatez des erreurs ou des inexactitudes, merci de m’en faire part !


Vous serez peut-être intéressé aussi par :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *