L’architecte Le Corbusier à créé la Villa Savoye avec l’aide de son cousin Pierre Jeanneret : une maison conceptuelle et intemporelle que l’on peut visiter aujourd’hui grâce au Centre des monuments nationaux.

Avec sa forme parallélépipédique sans toit, cette maison blanche montée sur pilotis avec ses bandeaux de fenêtres presque à fleur de façade, présente à mon objectif de photographe et à mes yeux émerveillés, tous ses atours de modernité, près d’un siècle après sa construction.

Découverte des extérieurs de la Villa Savoye à Poissy en la région parisienne, 1er volet de mon reportage photographique.

La nouvelle architecture en 5 points

Elle découle de principes constructifs développés à l’École de Chicago aux États-Unis et repris en Europe par des architectes influents de l’Art nouveau.

Aboutissement d’une série de douze villas « puristes » conçues par Le Corbusier pendant les années 1920, la Villa Savoye constitue une synthèse des recherches de l’architecte et de son application des 5 points constitutifs d’une architecture moderne :

Les pilotis

Les pilotis blancs à section ronde, en béton armé, sont la structure de base verticale de la villa et ouvrent tout un champ de possibilité pour la construction.

La Villa Savoye de l'architecte Le Corbusier à Poissy

Un chemin pédestre nous permet de découvrir la maison sur une orientation Est.
On découvre, presque suspendue, “cette boîte en l’air” comme la surnommait l’architecte avec deux façades blanches quasi identiques reposant sur les pilotis, et créant ainsi des zones de circulation sous la maison.

La façade libre

Sans murs porteurs, la façade libre est indépendante de la structure constituées des poutres et des pilotis en béton et permet la réalisation des bandeaux horizontaux de fenêtres pour la villa Savoye ou une variété de tailles et de formes horizontales ou verticales, comme au couvent de la Tourette.

Façade de la Villa Savoye de Le Corbusier coté sud-est

L’arrivée principale de la villa Savoye donne sur une façade orientée Sud-Est avec un jardin bordé de rosiers, dessiné par Le Corbusier. Les deux allées, de part et d’autre de la pelouse permettait à l’époque à une automobile de pouvoir faire le tour de la maison sous la “boite” en passant entre les pilotis espacés de 4,75m et le soubassement !

Le toit terrasse

Il permet de créer des espaces de cheminement et d’agrément comme un jardin et un solarium sur deux niveaux de la villa.
Le toit terrasse, moins couteux à la construction d’après l’architecte s’avérera difficile à étanchéifier durablement.

Façade sud-ouest de la Villa Savoye de l'architecte Le Corbusier

La façade orientée Sud-Est conserve ses ouvertures régulières et laisse deviner, par ses sections non vitrées, la grande terrasse du premier étage qui couvre 1/3 de la surface de la maison.

Les fenêtres en bandeau

Les ouvertures créées sur toute la largeur des façades, qu’elles soient vitrées ou non vitrées comme au niveau de la terrasse, permettent à la lumière de pénétrer complètement les espaces intérieurs, offrant une vue panoramique sur la nature et créant une forme de symbiose entre l’extérieur et l’intérieur.

La Villa Savoye de l'architecte Le Corbusier vue à l'ouest

La quatrième façade orientée Nord-Ouest diffère un peu des autres avec au dernier étage des murs hémisphériques qui protègent la terrasse supérieure.

Le plan libre

La Villa Savoye, en l’absence de murs porteurs, repose sur des poteaux-dalles sur le principe de la maison Dom-Ino, un concept de construction élaboré par Le Corbusier et Pierre Jeanneret après 15 ans d’expérimentations.
Il s’agit de créer une ossature portant uniquement les planchers et l’escalier et qui soit indépendante des fonctions du plan de la maison.

Entrée vitrée de la Villa Savoye de l'architecte Le Corbusier

Le sous bassement de la Villa Savoye comporte un grand vestibule entièrement vitré avec l’entrée principale pour les propriétaires et une petite entrée séparée pour les domestiques.
Sa forme arrondie permettait son contournement par une automobile et correspondait au rayon de braquage de la limousine de la famille Savoye.

Le deuxième volet (à venir) de ce reportage photographique sera consacré à l’intérieur de la villa Savoye.

Le prototype de la maison « minimum » unifamiliale,
selon Le Corbusier

La maison minimum unifamiliale tricolore selon Le Corbusier

Minimal, mais qui fait le maximum !

La loge du jardinier est un pavillon de 45 m2, situé à l’entrée de la Villa Savoye, qui constitue selon l’architecte l’habitation minimum dont devrait disposer une famille de 3 personnes en 1930.
Elle est construite sur pilotis et selon les même principes que la villa mais comporte qu’une seule façade avec des fenêtres en bandeau.

La maison minimum unifamiliale selon Le Corbusier

Au sommet d’un escalier extérieur, l’entrée de la maison « minimum » est à l’étage.
Elle comporte une pièce centrale donnant accès par une porte coulissante à un espace cuisine et à l’espace nuit parental. Une petite chambre d’enfant et un WC complètent la surface habitable de 30 m2.
Le rez-de-chaussée accueille une buanderie et une cabine de douche.


Vous serez peut-être intéressé aussi par :

L’Auditorium de Lyon, casemate de la musique classique
A Lyon, l'architecte Henri Pottier à conçu une salle de spectacle dans …
Le Centre National de la Danse de Pantin, label de Kalisz
A Pantin, Jacques Kalisz à conçu une œuvre brutaliste originale aux motifs …
En terres lyonnaises, l’architecture cachée du musée Lugdunum
A Lyon, pour l’ancien Musée de la civilisation gallo-romaine, l’architecte Bernard Zehrfuss …
La station de ski de Flaine passée au Breuer
A l'occasion d'un séjour de ski à la montagne il y a …